Kastro

Kastro était jadis la capitale de Sifnos et le siège de l’archevêché de Sifnos (VIe - XIXe siècle). C’est un des villages les plus pittoresques, les plus beaux et les plus importants de l’île d’un point de vue archéologique.

Cette cité antique, jadis appelée Asty et mentionnée par Hérodote, prospéra au VIe siècle av. J.-C. et possédait un temple, un théâtre dédié à Dionysos et de somptueux édifices publics en marbre. Kastro est habité sans interruption depuis les temps préhistoriques (la première implantation sur la colline remonte au IIIe millénaire avant J.-C.).

Le nom du village provient du château (en grec : Kastro) que forme la disposition de ses bâtiments. Le village a une forme ellipsoïdale car il suit la morphologie du sol ; il a un caractère défensif et conserve inaltérée sa fortification médiévale (vénitienne). On peut distinguer deux cercles défensifs de bâtiments construits côte à côte, le cercle intérieur consistant en des maisons opulentes pour une meilleure protection et le cercle extérieur étant constitué de maisons plus modestes.

Les ruines de l’ancienne acropole qui dominait au sommet de la colline (VIe siècle av. J.-C.), les colonnes antiques encastrées dans les bâtiments les plus récents, les sarcophages romains que l’on rencontre dans les ruelles, les six « loggias » (galeries voûtées par où l’on entre dans le village), les églises des XVIe et XVIIe siècles aux planchers décorés et toute une foule d’autres détails font de Kastro un véritable musée en plein air.

Au point culminant du village se trouvent la cathédrale latine et, tout près, une colonne qui porte encore une inscription de Yiannoulis Da Corogna datant du XIVe siècle. Au centre du village, le Musée archéologique de Sifnos expose des objets (surtout des sculptures et des pièces de monnaie) qui datent de la Préhistoire jusqu’à l’époque romaine.

À l’est de Kastro se trouve la pittoresque chapelle des Sept Martyres (Eftamartyres), bâtie à même le rocher et offrant une vue enivrante sur la mer. Plus au nord, un ancien chemin mène à Panagia Poulati (Vierge Poulati), un paysage classé pour sa beauté exceptionnelle et un endroit idéal, tout comme Eftamartyres, pour plonger dans la mer à partir des rochers. À l’ouest du village et sous les flans de la colline de Kastro se trouve une petite plage de galets (l’ancien port de l’île) dont le nom est Gialos (rivage, en grec) ou Seralia, en raison des palais (sérail) qui existait jadis dans la région.

À Kastro ouvrirent la première école connue de l’île (au début du XVIIe siècle) et la célèbre École du Saint-Sépulcre, aussi appelée l’École de l’Archipel (à partir du milieu du XVIIe siècle), là où se trouvent aujourd’hui les églises jumelles de Saint Etienne (Agios Stefanos) et Saint Jean Kalivitis (Agios Ioannis o Kalavitis). De cette école sont sortis des enseignants et des prêtres très importants, comme Nikolaos Chrysogelos (ensuite devenu enseignant dans la même école et premier ministre de l’Éducation Nationale de la Grèce moderne), quarante-huit métropolites et deux Patriarches œcuméniques.

Kastro a vu naître le professeur et universitaire Georgios Maridakis, dont le buste en marbre se trouve à l’extérieur de l’église de Saint Jean le Théologien, et le président de l’Aréopage (la Cour de cassation grecque), Antonios Zilimonas.

À Kastro, vous trouverez des chambres à louer, des tavernes, des pâtisseries, des cafés et des bars, ainsi que des tavernes de poissons sur la plage du village (Seralia).

Website Security Test